JE Hyperfans

 

Marginalisés jusqu’aux travaux pionniers de Henry Jenkins, Lisa Lewis et Camille Bacon-Smith (1992), les fans acquièrent aujourd’hui une nouvelle reconnaissance. Les recherches récentes, surtout aux Etats-Unis tendent à analyser l’impact des nouvelles technologies sur les pratiques des fans (Baym, 1999 ; Pearson 2010 ; Booth, 2010 entre autres), qui leur donne un moyen de se rassembler, de s’organiser et de s’exprimer. Cette légitimité permet d’analyser un public, voire un contre-public médiatique, et de mettre en évidence des médiations et résistances culturelles, ainsi que des compétences intellectuelles et techniques. Ces analyses ont fait l’objet de recherches dans les Cultural Studiesaméricaines qui considèrent le phénomène des fans comme l’ultime exemple d’un public actif et producteur. Comme le souligne H. Jenkins, « les fans de médias sont des consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent et des spectateurs qui participent » (Jenkins, 2008 : 212).

Les fans représentent non seulement un exemple de créativité mais également de performance et d’engagement en ce qui concerne les pratiques sociales et culturelles. Dans ce contexte, la réception n’est plus seulement assimilée à une consommation d’un produit culturel mais aussi à un déplacement continu entre créativité, choix tactiques, implication(et parfois, refus), et construction identitaire. La culture fan est une culture de la participation à travers laquelle les fans explorent et questionnent les idéologies de la culture de masse. 

La journée d’études HyperFans. Traversées des Territoires de fans, sera l’occasion d’appréhender ces publics et de questionner leurs activités et leurs communautés. La journée accueillera à la fois des enseignants-chercheurs, des professionnels mais également des fans qui viendront rendre compte de leur expérience. 

Ce temps de rencontre et d’échange fait partie des activités du GREF (Groupe de Recherche en Etudes de Fans) et du programme Traversées communicationnelles et hybridations contemporaines, de l’axe IDEM au sein du laboratoire MICA.

Programme

9h45 : Introduction de la journée, Agnès Pecolo et Mélanie Bourdaa

10h : David Peyron : « Les modalités de l’authenticité dans la « communauté » gamer »

David Peyron est Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Aix-Marseille Université-Laboratoire IMSIC.

Son travail porte sur la question du lien entre identité et fiction dans le domaine de l’imaginaire fantastique, sur les cultures fans et geek en contexte numérique, les rapports entre fans et industries culturelles et l’appropriation ludique des univers fictionnels.

10h45 : Mélanie Bourdaa, David Peyron, Hélène Bréda, « Table ronde sur les études de fans en France à partir d’une vidéo de Henry Jenkins ». Discutante Myriam Bahuaud

11h15 : Denis Avellaneda, « Cosplay et collection : des pratiques de fans comme art »

12h-14h : pause déjeuner (libre)

14h : Hélène Bréda, « Queerbaiting ou Gay as Hell ? Réceptions et appropriations faniques de deux adaptations télévisuelles « queerisées » : Hannibal et Good Omens. ».

Hélène Breda est Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information de de la Communication à l’Université Paris 13, au sein du LabSIC, et chercheuse associée à l’IRCAV.

Ses recherches, portent sur les relations entre médiacultures et appartenances identitaires. Ses travaux les plus récents se sont orientés du côté des nouvelles technologies d’information et de communication, en particulier des mobilisations militantes et des pratiques « fanactivistes » en ligne. 

15h : Steve Coulson (Campfire NewYork), « Les liens entre fans et production. Le cas de GOT et Westworld ». Discussion Skype.

15h45 : Katia Dubois (Association Mandora , Bordeaux), « Présentation du Bordeaux Geek Festival : les conventions de fans ». 

16h15 : conclusion de la journée Mélanie Mauvoisin et Jessica de Bideran

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.