L’activisme fan en action : entretien avec We Deserved Better autour de The 100

Depuis début mars, je suis plongée dans le fandom de la série américaine de science-fiction post-apocalypique The 100 pour la rédaction d’un article sur les pratiques et activités de fans. Plus précisément, je navigue dans les forums, sites, tumblr et comptes twitter des fans du couple formé par les personnages de Clarke et Lexa, surnommé #Clexa. Dans l’épisode diffusé le 3 mars (« Thirteen », 3×07), le personnage de Lexa est tué par une balle perdue par sa figure paternelle dans la série après avoir fait l’amour pour la première fois avec Clarke, alimentant la longue liste des personnes gay morts dans les séries (voir Tara dans Buffy The Vampire Slayer, ou plus récemment Denise dans TWD), un phénomène connu sous le nom du trope « Bury Your Gays ». Cette mort a déclenché un énorme backlash de la part des fans qui ont vu dans cette narration une trahison ultime de la part des showrunners. En effet, pendant toute l’intersaison et tout le début de la saison 3, Jason Rothenberg et les scénaristes ont assuré les fans que Lexa était importante et que la représentation du personnage lesbien qu’elle véhiculait était centrale pour eux. Ils ont même infiltré les forums de discussions sous de fausses identités pour entretenir le doute sur la destinée du personnage et « contrôler les rumeurs ». Cette pratique s’appelle du queerbaiting : interagir avec les communautés de fans gays pour assurer la promotion de la série.

La trahison vécue par les fans a engendré des campagnes sur twitter pour faire baisser les audiences de la série par exemple. Mais surtout, les fans se sont organisés pour rediriger leur colère et leur tristesse vers des actions activistes positives. J’avais déjà parlé de cet activisme fan autour de The Hunger Games ici http://www.inaglobal.fr/cinema/article/les-fans-de-hunger-games-de-la-fiction-lengagement-8191?tq=3, les fans se servant de la narration comme levier pour nourrir leur engagement civique. Pour The 100, les fans ont décidé de lever des fonds pour The Trevor Project, une association de prévention du suicide chez les jeunes LGBTQ.

J’ai interrogé les fans qui ont mis en place ce mouvement pour comprendre leurs motivations, les liens entre leurs actions et l’univers de la série, et leur sentiment d’empowerment. Leur site est disponible en ligne ici http://wedeservedbetter.com/

Sur la création du mouvement et le site Internet

Vous avez choisi de vous organiser dans le fandom après la mort de Lexa in The 100 (un autre exemple du Trope « Bury Your Gays »). Pourriez-vous m’expliquer comment est née cette organisation ?

            Ca a été spontané. Le week-end après la diffusion de l’épisode 3×07, l’une d’entre nous a décidé de commencer une levée de fonds pour le Trevor Project avec un premier objectif de 1000 dollars. Le manque de réponse et de réaction de la part des showrunners et de la chaîne a été suffisant pour enflammer le fandom au-delà de notre tristesse et à tourner ces sentiments négatifs vers quelque chose de puissant et constructif. Nous voulions nous faire reconnaître et nous voulions leur montrer que nous n’allions pas continuer à leur offrir du buzz et de la promotion sur les réseaux sociaux gratuitement après avoir été utilisées. Nous nous sommes mises d’accord collectivement sur un trending topic pour la diffusion de l’épisode la semaine suivante tout en continuant à récolter des fonds et en moins d’une semaine nous avions amassé 15 000 dollars, juste avant de faire circuler “LGBT fans Deserve Better”.

Le hashtag a été parmi les 10 plus commentés dans le monde pendant 7 heures avec 273 000 tweets et est devenu le nom de notre mouvement. La BBC a publié un article le lendemain qui nous a fait réaliser que nous pouvions faire quelque chose d’extraordinaire. Ca a continué à être assez spontané dans les jours qui ont suivi, avec des gens se portant volontaires pour participer à la création de deux sites internet séparés, puisqu’il était devenu clair que nous pouvions utiliser le mouvement sur le long terme. Il était essentiel pour nous de montrer au monde pourquoi nous étions heurtées, donc un site dédié à la collecte et à la compilation des interactions entre les showrunners et la communautés des fans est devenu une priorité essentielle. Le savoir c’est le pouvoir, et nous avions besoin de collecter l’information, notamment en voyant la publicisation grandissante du mouvement.

Vous avez fait clairement un énorme effort pour collecter les tweets, articles (répartis en différents chapitres sur votre site) en lien avec le mouvement. Pourquoi cela est-il important pour vous ?

            Nous pensions que pour être prises au sérieux et pour réclamer justice, il nous fallait compiler et présenter des preuves solides. Des accusations sans fondement peuvent être facilement réfutées, et on aurait pu nous accuser de harceleuses ou hypocrites si nous n’avions pas mises à jour les preuves. C’est pas toujours simple de prouver le queerbaiting (ndrl : le fait d’attirer le fandom gay pour promouvoir la série), mais dans ce cas précis c’était un élément essentiel de la réaction de la communauté des fans.

« Our fight is not over » est un choix intéressant pour la page d’accueil du site internet tout comme la photo que vous avez choisie. Pourriez-vous me dire comment vous les avez choisis et en quoi est-ce pertinent pour vos actions et l’image que vous voulez donner ?

            Dans la série, il y a un groupe de personnages appelé les « grounders », formés par différents clans. Ils possèdent leurs propres coutumes, leur culture, leur langage, et bien plus, notamment leurs propres rites funéraires. Ils sont maîtres dans l’art de la guerre et de nombreux rites de leur culture sont ancrés dans l’art militaire et guerrier. Quand un « grounder » meurt ou est sur le point de mourir, l’adieu qui lui est rendu est « your fight is over » (« ta lutte se termine »). Lexa était le Commandant des 12 clans et nous avons pensé qu’il était naturel de lier sa mythologie à notre mouvement. La lutte de Lexa est terminée, mais la nôtre – pour une meilleure représentation, pour une reconnaissance et un respect des publics – ne l’est pas. Le Hays Code (ndlr : code de censure hollywoodien) a été annulé en 1968, et Tara dans Buffy The Vampire Slayer est morte il y a 14 ans de la même façon que Lexa. Il est devenu évident que notre lutte n’était pas terminée, malgré les progrès de la société, mais il reste énormément à faire.

Comment avez-vous utilisé la narration de la série pour mettre en place votre mouvement ?

            Il est important de souligner que malgré les faiblesses scénaristiques de la série, particulièrement en ce qui concerne l’intrigue, de nombreux fans étaient investis dans l’univers narratif, et en particulier, dans la culture des « grounders ». Certains fans ont tenté d’apprendre le Trigedasleng, le langage créé pour la série, plusieurs fans passent des heures à débattre de la topographie des lieux, des techniques de combats, et à spéculer sur les débuts et le développement de la culture. Pour beaucoup, Lexa était une inspiration, et par conséquent, les fans voulaient s’identifier à sa culture, et ils voulaient l’honorer et quel meilleur moyen que de s’inspirer de la série ?

C’est bon pour le moral des participantes au mouvement. Pour celles d’entre nous qui ont trouvé de la force en Lexa ou dans les « grounders », utiliser la narration de la série a continué à nourrir notre mouvement. Le nom de notre mouvement « Leskru », inspiré par les clans « grounders » (Trikru, Skaikru,…) donne aux membres un sentiment d’appartenance et une manière de signifier que Lexa est à nous. Si nous sommes le 14ème clan, alors elle était notre Commandant à nous aussi, et nous lui devons, ainsi qu’à nous, de nous battre pour ce en quoi nous croyons. C’est un point de ralliement pour nous, quelque chose de commun qui nous unit malgré nos différences. Cela renforce notre communauté LGBTQ. Dans certains cas, des personnes se déclarant hétérosexuelles ou ne considérant pas Lexa comme leur personnage favori, se battent à nos côtés ou dans le mouvement. Mais à cause de l’identité clanique qui évoque certaines tendances tribales en nous et nourrit une unité, ces personnes sont autant investies que les personnes LGBTQ ou qui considéraient Lexa comme leur personnage préféré.

Il y a aussi une certaine ironie quand on pense que certains aspects de l’intrigue de la série sont désormais liés au mouvement. C’est le cas du mouvement sur les réseaux sociaux qui a été mis en place, empêchant les showrunners et les scénaristes de tweeter pour promouvoir la série sans déclencher une réaction intense de la part des fans.

Sur l’importance des média sociaux

Comment utilisez-vous les media sociaux et comment cela vous aide-t-il à faire circuler vos actions ?

            Les média sociaux sont l’arme la plus puissante du mouvement pour de multiples raisons, mais il y a trois manières de les utiliser qui ressortent en particulier. Premièrement, dans une ère numérique, les séries et les chaînes incorporent de plus en plus le buzz généré par les média sociaux et l’interaction avec les fans dans les taux d’audience et la popularité d’une série. Ils les utilisent également pour la promotion, et s’appuient sur les fans pour les relayer gratuitement. Fanart, les fanfictions, les fan vidéo, les critiques, les analyses, tout cela aide à favoriser la visibilité d’une série, et d’un point de vue relation publique, c’est une mine parce que c’est gratuit. C’est d’autant plus vrai avec The 100 qui n’était pas une série très performante en terme de taux d’audience, mais qui s’appuyait beaucoup sur le buzz généré par les fans, et par l’attention des critiques télé. Dans ce sens, la communauté des fans a toujours été en contrôle de la narration à travers les média sociaux, la plateforme d’expression était déjà là. Nous l’avons simplement retournée à notre avantage pour l’utiliser contre la série, au lieu d’être utilisée par la série. Pour certains, c’était un moyen de montrer au showrunner ce qu’il avait perdu en ne respectant pas ses fans, et de faire savoir que les fans n’ont pas besoin de la série, mais que la série a besoin des fans.

La seconde façon de les utiliser a été pour la visibilité. Les trendings monde sur twitter, souvent dans le top 10, prouvent que nous sommes toujours là, actives, et nombreuses. Dans les premiers jours du mouvement, c’est ce qui a attiré l’œil des media, et souligné le fait qu’il y a une organisation derrière ces actions, que c’est un vrai mouvement, plutôt qu’un simple rejet collectif de la série.

Une dernière raison, et non des moindres, comme une grosse portion des fans étaient déjà actives sur les réseaux sociaux, et que ce sont les jeunes qui font partie de la base des fans de la série, l’utilisation des média sociaux est le moyen le plus efficace pour communiquer, faire connaître les étapes prochaines, échanger des idées, et garder les fans activement engagées dans le mouvement. Chaque opinion est importante, et les média sociaux assurent une visibilité pour chaque opinion.

Comment mobilisez-vous les fans autour de vos actions ?

            Un des pires aspects de la colère et de la tristesse est le sentiment d’impuissance qui l’accompagne. Les fans ont partagé leur peine et ont pensé qu’elles pouvaient réellement faire quelque chose pour lutter. Faire quelque chose de fort, d’impactant. Ca n’a pas toujours été facile de s’organiser, mais l’engagement des fans depuis le début a été intense : elles ont cherché les informations par elles-mêmes, et on peut dire que c’est un mouvement qui appartient au peuple ! Il y a un énorme idéal de collaboration. Après, c’est une question de circulation et d’accessibilité des informations via twitter (surtout), Tumblr et les forums de discussions. A chaque fois qu’un media évoque le mouvement ou parle du fameux trope, ça aide également à la participation.

Est-ce que vous pensez que ça a rassemblé les fans et renforcer leur sentiment d’appartenance au fandom ?

            Définitivement. Cela ne fait aucun doute dans nos esprits que c’est un autre lien avec la culture guerrière dans la série. Quand nous voyons de nombreuses personnes twitter activement à nos côtés, comment ne pas se sentir liées ? Nous avons vu et partagé la peine qu’ont ressentie les fans à la mort de Lexa, nous nous sommes réconfortées les unes les autres les premiers jours. C’est un lien particulier qui ne peut exister que quand des personnes ont vécu quelque chose de compliqué et se sont battues ensemble. C’est quelque chose que nous partageons et qui est unique pour nous. Ca a fait émerger la camaraderie et la sororité entre les membres qui, avant cela, n’interagissaient pas directement et étaient actives dans leur coin de communauté respectif.

Pourquoi avez-vous choisi un site Internet (et pas un Tumblr par exemple) comme plateforme médiatique pour lancer votre mouvement « Our fight is not over » ?

            En réalité, la chose intéressante est que WeDeservedBetter est hébergé sur un serveur Tumblr. Le nom de domaine a été acheté et le design modifié pour ressembler plus à un site qu’à un blog, mais comme Tumblr était déjà utilisé pour faire circuler les informations, cela a paru un choix logique. La raison à cela est que le mouvement est d’abord né d’une discussion sur un forum anonyme. Les mouvements horizontaux peuvent rapidement perdre de l’ampleur si ils se dispersent, et le site était une façon simple d’informer tout le monde rapidement sur les plans d’actions, etc… Cela nous a donné également de la légitimité. Le fait que quelqu’un ait pris le temps et ait investi dans l’achat d’un nom de domaine, et ait travaillé sur le design graphique et le template du site : cela prouve que le mouvement est là pour durer. Ce n’est pas un sprint, c’est un marathon ! C’est également plus simple pour les média et les fans de nous contacter, et cela aide à rediriger vers les informations essentielles du mouvement.

Sur l’empowerment et l’identité

Pensez-vous que les fans aient un sentiment d’ « empowerment » avec ces actions politiques et sociales ?

            Oui, c’est important pour les gens de voir leurs sentiments reconnus, particulièrement pour une population dont les sentiments sont relégués au second par et dans les média. C’est encourageant d’être entendues et écoutées pour une fois et cela donne à tous les membres l’espoir que les choses peuvent changer. Dans l’ensemble, ça nourrit la participation.

Pensez-vous que ce mouvement vous donne une plateforme pour exprimer vos sentiments ? Pour faire partie de la vie politique (dans un sens large du terme) ?

            Absolument. Le mouvement est né de la volonté de créer et d’avoir une telle plateforme. Mais du fait de l’approche participative du fandom, cela nous a permis à toutes de s’exprimer et d’être prises au sérieux – pas seulement à cause de nos sentiments mais aussi parce que nous avons mis en lumière les faits. Les sentiments peuvent être débattus, mais les données elles ne mentent pas, et c’est pourquoi nous ne mettons pas en avant nos sentiments, mais plutôt comment ces sentiments font partie d’une histoire plus large, et un résultat direct de ces faits et données.

En quoi ces actions vont-elles vous aider plus tard dans votre vie politique et sociale ?

            Mener des actions constructives permet de poser les bases pour un futur meilleur. D’un point de vue politique et social, les gens sont plus susceptibles d’écouter si vous pouvez apporter quelque chose de concret aux débats. Les gens sont enclins à vous écouter mais perdent rapidement patience si vous n’offrez pas de solution pour régler les problèmes. Le fait d’avoir choisi une approche constructive et positive est peut-être la raison de l’attention que nous avons reçue. Nous ne sommes pas la première communauté de fan à produire un backlash, mais en général, l’histoire autour est celle de « fans en colère ou déraisonnables », ce qui conduit à un discréditation immédiate du fandom, même si leurs revendications sont légitimes. Nous souhaitons être prises au sérieux maintenant et sur le long terme, donc le travail que nous faisons aujourd’hui est fait dans l’idée que nous serons là longtemps. Donc nos efforts collaboratifs montrent que nous ne sommes pas juste une poignée de fans en colère, mais bien une communauté entière qui a décidé de s’exprimer sur leur mauvaise représentation, comme personnage et comme public. L’autre aspect est de montrer l’exemple, nous avons commencé par faire quelque chose de positif, dans l’espoir que l’industrie va suivre, de façon positive également[1].

Pensez-vous que ces actions aident à porter l’attention sur des problèmes sociaux et des problèmes identitaires pour les fans ?

            Il est clair que ces actions ont fait naitre des discussions en lien et autour de ces problématiques, oui.

Il ne fait pas de doute que le premier objectif du mouvement est de porter l’attention sur des problématiques sociales spécifiques et que ces dynamiques soient présentes et représentées dans les média. Tout est lié dans un sens ou dans l’autre parce que les problématiques de représentation dans les média sont directement liées à la marginalisation dans la vraie vie. Quand vous avez une partie de la population qui est une minorité, le monde n’est pas construit autour et pour elle, et la plupart du temps a peu de considération pour elle. Dans plusieurs régions du pays, et plus largement du monde, sans parler dans certaines familles, l’isolation est un sentiment atroce pour les jeunes personnes LGBTQ. Elles n’ont personne dans leur entourage pour se lier d’amitié, souvent ressentent le besoin de rester cachés, craignant que le sentiment de solitude ne s’accentue encore plus une fois leur sexualité révélée. Même pour ceux qui sont « sortis du placard » ou acceptés, l’isolation peut persister avec personne pour les comprendre sur un niveau plus viscéral. Des amis hétérosexuels peuvent soutenir mais c’est plus compliqué pour eux d’éprouver de l’empathie. Donc, à part Internet, beaucoup se tournent vers la fiction pour trouver du réconfort et un sentiment d’identité collective. Ils recherchent des personnages fictifs LGBTQ pour trouver des gens dont les luttes sont les leurs, et comptent sur ces personnages avec un certain espoir. Pour beaucoup, c’est un moyen de vivre leur vie et leur romance par proxy, comme pour les personnes hétérosexuelles, à la différence que beaucoup de personnes LGBTQ vivent leur vie amoureuse à travers leur modèle fictionnel parce qu’elles n’ont pas le choix. Cela se voit dans les réactions du public envers le mouvement : plusieurs personnes hétérosexuelles n’avaient pas réalisé avant cela l’importance fondamentale des fictions pour les personnes LGBTQ par rapport aux personnes hétérosexuelles.

Puis, bien entendu, il y a les liens étroits entre notre mouvement et le Trevor Project qui travaille pour la prévention des suicides des jeunes personnes LGBTQ. C’est en lien avec l’argument précédent, mais les statistiques montrent que les taux de dépression et de tentatives de suicides sont extrêmement élevés parmi les jeunes personnes LGBTQ. C’est une réalité qu’il est nécessaire de souligner et qu’il faut partager parce que de nombreuses personnes pensent que la « lutte est terminée » et que nous vivons dans une société égalitaire où les personnes LGBTQ sont acceptées, simplement parce que le mariage homosexuel est légal. La réalité est bien plus complexe que cela, tant au niveau social que légal, et l’acceptation sociale au-delà de l’acceptation légale est quelque chose qui prend du temps, de l’énergie, et dont l’issue est lente à arriver. Le mariage gay est légal en Afrique du Sud depuis 10 ans (novembre 2006), et pourtant, la pratique horrible du viol correctif sur les lesbiennes est toujours pratiquée. De façon plus subtile, le Canada est perçu comme étant un pays ouvert d’esprit, le mariage gay est également légal depuis une dizaine d’années (juillet 2015) et il existe plusieurs lois anti-discrimination protégeant les personnes LGBTQ, et pourtant l’été dernier plusieurs incidents homophobes ont éclaté dont un particulièrement violent. Un homme gay a été agressé dans un festival à Québec. Un couple de lesbiennes avec des enfants vivant dans la banlieue de Montréal, a reçu des menaces de mort pour avoir accroché le drapeau gay à son balcon. Le monde dans l’ensemble est meilleur particulièrement en occident mais il est dur de dire qu’il n’est plus hostile.

Vous savez, des personnes pensent que ce n’est que de la télévision, que c’est juste de la fiction, etc…Mais il existe des études, en particulier autour du genre et des ethnies (race studies) qui montrent que la télévision peut et a un impact sur les gens, particulièrement concernant les différences d’estime de soi entre filles et garçons, filles blanches et garçons blancs, enfants blancs et enfants non-blancs, enfants afro-américains et les autres.

La télévision dans le passé a été un vecteur puissant de changement social. Quand cela est bien fait, elle peut faire changer les esprits. Parce que la télévision est plus présente aujourd’hui, elle est un élément essentiel de la fabrique sociale occidentale. Elle est référencée dans la culture populaire et souvent le point de départ de blagues. Elle peut influencer les gens pour le meilleur et pour le pire et peut permettre d’envoyer des messages. Et c’est quelque chose d’essentiel à nos discussions et peut-être même le point crucial de notre mouvement. Certaines personnes peuvent dire que la télévision reflète la société, et c’est vrai que la télévision peut refléter les valeurs actuelles de la société, mais il faut être actif quand on a le pouvoir de changer la société. Pourquoi rester passifs quand on a le pouvoir et l’envie de faire mieux ? Nous pensons qu’il est temps de demander du mieux parce que cela peut être fait. Les scénaristes et producteurs, et l’industrie du divertissement ont le pouvoir de rendre le monde meilleur.

En ce qui concerne les questions d’identité et politiques, l’influence et l’importance ont eu un impact moins direct. Il y a bien entendu des conversations autour de la communauté des fans – plusieurs personnes prétendent que nous ne sommes pas fans de The 100, mais que nous sommes fans de Clexa ou de Lexa. Certains disent que nous étions des fans mais que nous ne le sommes plus, d’autres pensent que nous le sommes encore, parce que nous sommes toujours attachées à certains personnages et certains aspects de la série, et que nous les utilisons pour rallier les fans à notre cause. En réalité, toutes ces affirmations sont probablement vraies, cela varie juste d’une fan à l’autre, et c’est très personnel, suivant l’angle d’approche de la problématique par la fan. Identité personnelle… Et bien, il y a nécessairement pour certaines personnes des discussions concernant la communauté lesbienne versus les autres femmes queer, en particulier bisexuelles. Clarke est décrite comme bisexuelle par les scénaristes alors que Lexa est lesbienne. Cela a généré des débats sur ces deux communautés, et c’est pertinent par rapport à leur représentation dans les média. Elles se rencontrent presque inévitablement à cause des tropes répétitifs qui touchent les femmes lesbiennes et bisexuelles, à la fois ceux qu’elles ont en commun et ceux qui leur sont spécifiques. Mais même les tropes spécifiques à chaque communauté tendent à toucher les deux communautés, même si c’est de différentes façons. Un exemple : souvent les relations f/f sont composées d’une femme lesbienne et d’une femme bisexuelle, et le motif récurrent semble être que si la femme lesbienne est tuée, la femme bisexuelle terminera avec un homme. Parfois, la femme bisexuelle revient vers un homme, et la femme lesbienne se suicide. Donc s’il y a des tropes différents, ils fonctionnent souvent ensemble d’une façon qui est extrêmement dangereuse pour toutes les communautés de « femmes aimant les femmes ». Notre objectif étant de casser tous ces tropes qui touchent les personnages LGBTQ, et en particulier les femmes LGBTQ, nous pensons que l’inclusion de toutes les communautés est importante, l’objet du mouvement n’étant pas la question identitaire à un niveau personnel, donc toutes les discussions liées à ce sujet sont un résultat indirect du mouvement. Nous ne pensons pas non plus que le mouvement a conduit les gens à questionner leur identité sexuelle, mais dans un sens, nous pensons que si nous réussissons sur le long terme, cela ouvrira un chemin où plus de personnes se sentiront en sécurité pour questionner, explorer et s’identifier à autre chose qu’hétérosexuel. Même si elles en arrivent à la conclusion qu’elles sont hétérosexuelles, l’important est qu’elles se soient autorisées à explorer des alternatives valides, parce que les alternatives ne seront pas dévaluées comme des « personnages secondaires », des « personnages d’arrière plan », ou des personnages ayant peu de chance d’avoir une fin heureuse et d’être les héros de leur propre histoire.

[1] C’est le cas puisque des scénaristes ont signé The Lexa Pledge, un document assurant d’un meilleur traitement des personnages LGBTQ dans les séries http://www.themarysue.com/the-lexa-pledge/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *