« Calzona » : anatomie du couple lesbien dans Grey’s Anatomy

Pour ce nouveau billet, je vais retranscrire un article qui vient d’être publié dans l’ouvrage collectif « Quand la médiation fait genre. Médias, transgressions et négociations de genre », coordonné par Laetitia Biscarrat, Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin. Vous pouvez le trouver ici : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&isbn=978-2-343-04197-1

Les coordinateurs m’avaient proposé de réaliser une note de visionnage autour des questions de genre dans les séries télévisées. J’ai donc décidé de prendre Grey’s Anatomy comme terrain d’analyse et plus particulièrement les arcs narratifs attribués au couple lesbien Callie-Arizona. J’ai alors parlé de la production des séries de network et du système spécifique aux séries américaines pour ensuite me concentrer sur les représentations du couple lesbien dans la série.

Pour citer cet article, voici la référence complète : Bourdaa Mélanie, « Calzona : Anatomie du couple lesbien de Grey’s Anatomy« , in Biscarrat, Espineira, Thomas, Alessandrin, Quand la médiatisation fait genre. Médias, Transgressions et négociations de genre, L’harmattan, 2014. pp. 139-148.

« Calzona » : anatomie du couple lesbien dans Grey’s Anatomy

Grey’s anatomy vient de débuter sa onzième saison sur la chaîne américaine ABC. Malgré sa longévité, assez rare pour une diffusion sur une chaîne de network, la série connaît des taux d’audience toujours aussi exceptionnels[1] et n’hésite pas à proposer des intrigues controversées (mort de personnages récurrents entre autres). En 2012, la GLAAD[2] a récompensé la série et sa productrice exécutive, Shonda Rhimes, pour son traitement des histoires homosexuelles et des questions Transgenres en la nommant meilleure série dramatique de l’année.

Cet article se propose d’analyser la représentation du couple homosexuel formé par les personnages de Callie Torres et Arizona Robbins. Nous avons concentré notre étude sur les saisons 5 (à partir de l’arrivée d’Arizona) à 9.  Les épisodes de la saison 10 (et de la saison 11 en cours) ne sont donc pas considérés dans le corpus d’analyse. Au travers d’une analyse de contenu des scènes dans lesquelles apparaissent les deux personnages ainsi qu’une analyse des paratextes (Gray, 2009) liés à la série, nous chercherons à mettre en avant les régimes de monstration de ce couple homosexuel. Nous proposons dans un premier temps une analyse des stratégies de production américaine et une évolution diachronique de la représentation de l’homosexualité dans les séries, pour ensuite se concentrer sur Grey’sAnatomy et dessiner les contours des spécificités de la série dans son contexte de création et de diffusion[A1] . L’objectif de cet article est de montrer en quoi l’articulation entre des stratégies de production et de diffusion propres aux networks américaines contraint souvent la narration et ici les représentations genrées d’un couple lesbien.

1. Networks vs. Câbles : des stratégies spécifiques

Aux Etats-Unis, deux systèmes de diffusion existent : les networks et les chaînes du câble. Ces deux systèmes ont des caractéristiques spécifiques qui les distinguent l’un de l’autre. En effet, les chaînes historiques (NBC, CBS, ABC puis Fox et The CW), que l’on appelle les networks, sont régies par des contraintes économiques et commerciales importantes. Pour ces chaînes, l’objectif est de « faire de l’audience », c’est-à-dire qu’elles doivent être rentables en vendant les espaces publicitaires à l’intérieur de ses programmes le plus cher possible. Cela a bien entendu des conséquences sur la production et la diffusion des séries télévisées de Prime Time. Les séries télévisées diffusées sur les chaînes de networks voient leur narration rythmée par les nombreuses coupures publicitaires. Tim Kring, producteur exécutif de la série Heroes (NBC, 2008-2010) a ainsi déclaré que sa série était diffusée afin de combler les béances dans la grille de programmation entre les publicités[A2] , mettant ainsi en avant l’importance commerciale de ce médium aux Etats-Unis. Dans ce contexte, les cliffhangers, ces mises en suspense dans la narration, viennent ponctuer les fins de séquence avant les publicités et les fins d’épisodes afin de conserver un public de plus en plus fragmenté, et mobile. Enfin, les séries de networks sont politiquement correctes (pas de langage vulgaire, pas de scène trop violente ou trop sexuelle) ce qui permet de pouvoir plaire au plus grand nombre de téléspectateurs. En termes de production et de construction narrative, ces systèmes commerciaux ont un impact majeur. En effet, la série peut être annulée à tout moment, et il est ainsi compliqué pour les showrunners de mettre en place des arcs narratifs complets et satisfaisants.

Ces mises en place narratives contraintes par des systèmes de production et de diffusion vont avoir des conséquences sur la représentation genrée des couples homosexuels, tout comme les couples hétérosexuels. Il est d’ailleurs intéressant de comprendre comment a évolué la représentation de l’homosexualité dans les séries télévisées américaines en prenant ces considérations en compte.

2. De l’évolution de l’homosexualité dans les séries américaines :

La représentation de personnages homosexuels et de couples homosexuels a connu une évolution lente aux Etats-Unis. Avant le début des années 80, les personnages homosexuels dans les séries télévisées américaines étaient marginaux et présentés comme des personnages pervers ou déviants. Le premier personnage ouvertement homosexuel récurrent sur un network, Jodie Dallas (joué par Billy Cristal), est apparu dans la sitcom Soap (ABC, 1977). Mais il a fallu faut attendre le début des années 90 pour que les personnages homosexuels soient présents de façon pérenne et non marginale dans les séries. C’est grâce à Ellen Degeneres et son fameux coming out en direct dans sa série éponyme où elle annonce fièrement « Yes, I am gay » que la représentation des homosexuel(le)s à l’écran devient une réalité visible et acquiert une reconnaissance. Dans son sillage, Friends proposait le premier mariage lesbien dans une série de network en Prime Time et Melrose Place plaçait Matt parmi les personnages centraux de la série. The L Word (Showtime, 2004-2009), la série sur les lesbiennes écrites par des femmes, marque un véritable tournant dans la représentation de l’homosexualité féminine dans les séries télévisées. Aujourd’hui, les séries n’hésitent pas à mettre en avant des personnages ou des couples homosexuels récurrents, quel que soit le genre (sitcom ou Drama) ou la chaîne de diffusion (The Middle, Pretty Little Liars, Lost Girl, Grey’s Anatomy pour n’en citer que quelques unes).

3. Grey’s Anatomy : l’égalité des couples selon Shonda Rhimes

Grey’s Anatomy est diffusé le jeudi soir aux Etats-Unis sur le network ABC. Il est alors important de comprendre que la narration de la série est contrainte par un système de diffusion particulier [A3] qui régit la structure narrative.

Grey’s Anatomy, série de Network, compte parmi celles qui présentent dans leurs personnages récurrents un couple lesbien, incarné par les docteurs Callie Torres et Arizona Robbins. L’évolution des arcs narratifs autour de ces deux personnages s’est fait progressivement et a été imbriquée aux autres arcs narratifs de la série selon une structure narrative modulaire[3], qui permet de suivre plusieurs intrigues qui s’enchevêtrent. La série, loin d’être subversive puisque diffusée sur un network[A4] , propose cependant un régime de monstration intéressant du couple lesbien.

Callie Torres, personnage qui apparaît pour la première fois dans la saison 2 de la série, est présentée comme bisexuelle puisqu’elle est mariée brièvement à George puis a une aventure avec Erica avant que celle-ci ne quitte le Seattle Mercy West Hospital. Dans son analyse de la relation entre Callie et Erica, Niina Kuorikoski écrit que « Grey’sAnatomy dérange les frontières normatives du genre et de la sexualité en ayant un personnage qui ne peut pas être défini par les catégories strictes et binaires de l’homosexualité et de l’hétérosexualité »[4][A5] (p. 58).

Arizona apparaît alors que Callie se remet difficilement de ses échecs sentimentaux (divorce, tromperie, séparation). A aucun moment de la série, ce personnage n’est défini par son orientation sexuelle, mais exclusivement par son métier de chirurgien pédiatrique chef [A6] de service nouvellement nommée. Leur première rencontre, et leur premier baiser initié par Arizona, ont lieu dans les toilettes d’un bar fréquenté par les chirurgiens de la série. Le début de leur histoire est hésitant puisqu’il faut attendre quatre épisodes avant le premier rendez-vous officiel.

3.1. Le coming out, arc narratif identifié :

Le coming out de Callie auprès de sa famille marque la fin de la saison 5 et le début de la saison 6 et identifie clairement l’arc narratif de ce personnage. Annie Kanter rappelle que le coming out dans les séries télévisées est à double tranchant. D’un côté, il propose « un espace dans lequel les publics peuvent comprendre ces expériences grâce aux personnages et cela fournit également un modèle pour les publics homosexuels en particulier sur le processus émotionnel ». D’un autre côté, nous dit l’auteure, « le focus principal reste sur les relations et sentiments des personnages hétérosexuels plus que sur la célébration de l’identité du personnage homosexuel »[5].

Dans Grey’s Anatomy, les deux facettes de l’expérience sont représentées : les réactions de l’entourage et l’accomplissement de soi à travers cette déclaration. En effet, cette déclaration pose problème au père très c[A7] atholique de Callie, qui est de confession catholique. Dans l’épisode 5 de la saison 6, celui-ci revient voir sa fille accompagné d’un prêtre pour « désinfecter sa fille par la prière ».[A8]  Lors d’une confrontation entre les deux personnages, toute la violence morale mais aussi sociale de cette décision ressort, dont témoignent les paroles du père : « c’est une abomination. C’est une éternité en enfer. Je ne comprends pas où j’ai pu me tromper » (6×05). Il faudra l’intervention d’Arizona expliquant comment son père a accepté l’orientation sexuelle de sa fille, pour que le père de Callie change d’avis. Cet arc narratif a permis de mettre en relief les difficultés sociales, familiales, morales du coming out et de l’acceptation de son homosexualité par ses proches et par soi-même. Le problème se posera de nouveau, au cours de la saison 7, pour le mariage de Callie et Arizona quand la mère de Callie refuse d’y assister prétextant un simulacre de cérémonie. Elle a des propos violents envers sa fille lui reprochant de ne pas être « une vraie mariée et épouse ».

3.2. Une représentation hétérosexuelle du couple lesbien :

Tout au long de la série, le couple Torres – Robbins est confronté à des problèmes qui touchent également les couples hétérosexuels de la série, ce qui prouve que le couple lesbien dans la série n’est pas marginalisé, ostracisé ou défini uniquement par son orientation sexuelle.

Par exemple, l’envie d’avoir des enfants va constituer un obstacle à leur vie de couple comme c’est le cas pour Owen et Christina.

            Callie : « nous sommes géniales. Nous sommes le couple stable maintenant. Nous sommes celles que les autres veulent être. Je nous imagine dans 10 ans dans une vieille maison avec des enfants courant partout, donnant des conseils sains à Mark ».

            Arizona : « Je suis d’accord, sauf pour les enfants ». (épisode 17, saison 6)

Dans la saison 7, Callie tombe enceinte de Mark[A9]  alors qu’elle est séparée d’Arizona. Lorsque le couple se remet ensemble, Arizona accepte de fonder une famille avec Callie. L’adoption de la fille biologique de Callie par Arizona va créer un problème, abordé d’un point de vue juridique et légal. En effet, Arizona désire être reconnue légalement comme la mère de Sofia, comme un parent à part entière. Le couple formé par Derek – Meredith connait la même difficulté dans la série lorsqu’il souhaite adopter Zola dans la saison 7. Ces deux histoires en parallèle permettent de définir le couple Callie – Arizona comme une famille « banale » et ainsi [A10] de leur prêter des arcs narratifs similaires aux autres couples de la série. La dimension de la vie familiale du coupleCallie – Arizona est par ailleurs largement mise en avant dans la série, montrant les personnages dans leur intimité (familiale et sexuelle), évitant ainsi une fois de plus de les marginaliser par rapport aux autres couples de la série.

Les deux personnages connaissent également de nombreux drames, tout comme les autres personnages de la série : départ pour l’Afrique d’Arizona provoquant la rupture du couple, accident de voiture pour Callie, crash d’avion et amputation pour Arizona.

L’intrigue la plus hétéro-assimilée, du moins selon Shonda Rhimes, se situe dans le dernier épisode de la saison 9. Dans cet épisode, Arizona trompe Callie et les deux personnages ont une violente confrontation qui laisse présager une nouvelle séparation. Dans un entretien, la showrunner déclare : « J’ai l’impression que beaucoup de personnages LGBT à la télévision sont en quelque sorte aseptisés pour notre protection. J’espère ne pas tomber dans cette catégorie, » dit-elle. Puis elle ajoute : « Ils sont heureux en amour, ils ne font pas grand-chose, ils ne trompent jamais leur partenaire, ils ne sont jamais trop sexualisés et ils n’ont pas d’autres histoires en dehors de celle d’être gay. Je voulais leur donner une histoire complexe qui n’était pas juste ça […] Je voulais leur donner un vrai problème qui n’était pas quelque chose de petit. Je voulais que ce soit complexe et en trois dimensions. ». (article paru dans Braindamaged, Mai 2013). [A11] Il est important de rappeler qu’elle parle des séries de network qui ne sont pas centrées exclusivement sur des personnages homosexuels. Pour Rhimes, la tromperie est un acte assimilé à un comportement hétérosexuel qui permet alors de ne pas enfermer ses personnages homosexuels dans un « ghetto gay », qu’elle juge trop lisse à la télévision. Dans Grey’s Anatomy, les archétypes familiaux et sexuels sont détournés et réassignés aux personnages homosexuels sous prétexte de les normaliser. En réalité, cela les enferme dans des assignations de genre hétérosexuelles.

 

4. Lesbian’s anatomy :

Aujourd’hui, une troisième phase concernant la représentation de la visibilité homosexuelle dans séries télévisées apparaît. C’est celle « de la banalisation, de la normalisation, de l’assimilation, de l’invisibilité quotidienne, mais également celle du rejet abject »[6] (p. 918). En effet, nous pouvons constater que Grey’sAnatomy s’inscrit dans cette mouvance. En effet, la série porte un regard ambivalent sur ses personnages lesbiens. D’un côté, Callie et Arizona sont des femmes accomplies et fortes comme en attestent leur travail et leur position sociale (elles sont toutes les deux chirurgiennes, respectivement en orthopédie et pédiatrie, dans un grand hôpital). Elles ont les mêmes responsabilités dans leur relation de couple et de famille, même lorsqu’elles ont leur fille Sofia. D’un autre côté, les arcs narratifs qui leur sont attribués témoignent de réassignations de normes genrées, pour ne pas les mettre en avant, ou au contraire dans l’ombre par rapport aux couples hétérosexuels. Elles ont les mêmes problèmes, les mêmes difficultés, ce qui les replace dans une vie hétérosexuelle banale et normale. Le couple homosexuel est donc normalisé par rapport aux couples hétérosexuels de la série. Nous avions écrit dans une analyse de la série The L Word que « les anciens stéréotypes ont disparu, les homosexuel(le)s sont perçu(e)s et décrit(e)s dans les séries comme des personnages normaux, sans problème psychologique »[7] (p. 110). Dans Grey’s Anatomy, il y a plutôt un glissement des stéréotypes, puisque ceux des couples hétérosexuels (tromperie entre autres) sont également assignés au couple lesbien de la série. L’objectif de Shonda Rhimes est de ne pas mettre en avant un effet communautaire avec le couple lesbien, mais bien au contraire de le fondre dans l’univers de la série, en leur assignant les mêmes les problématiques que les couples hétérosexuels.

Avec Grey’s Anatomy, série qui n’est pas clairement identifiée comme homosexuelle comme pouvait l’être The L Word et qui est diffusée sur un Network américain, nous avons un exemple de « nouvelle » représentation télévisuelle du régime de monstration de l’homosexualité. Avec The L Word, les personnages évoluaient dans un univers complètement lesbien et les assignations de genre étaient alors biaisées, puisque ce qui était montré était une communauté bien définie dans un lieu bien défini (West Hollywood). Dans Grey’s Anatomy, les arcs narratifs du couple Callie – Arizona sont constamment mis en regard des arcs narratifs des couples hétérosexuels et entremêlés à l’arc narratif général de la série. Les représentations sont ainsi fondues dans les intrigues et les assimilations genrées sont moins importantes finalement que les arcs narratifs en eux-mêmes qui construisent la série. Les identités sexuelles des personnages ne sont donc plus au cœur des problématiques des séries télévisées, y compris celles de Network, comme en attestent les représentations du couple Callie-Arizona dans Grey’s Anatomy. [A12] Nous assistons à une banalisation de la représentation des relations et des couples homosexuels dans les séries télévisées. Pour renforcer cette impression, les arcs narratifs assignés aux couples homosexuels se confondent avec les autres arcs narratifs afin de ne surgir comme prioritaires. Les networks s’adressent au plus grand nombre de téléspectateurs et leur rôle est de proposé une « arène des  représentations », une vision plus ou moins nuancée de la société contemporaine.

Références

BOURDAA Mélanie, « The L Word, de la fin des stéréotypes sexués… », Médiamorphoses, Hors-séries sur les Séries Télévisées (Maigret, Soulez, eds.), janvier 2007, p. 108-110.

KANTER Annie, « An analysis of the influence of fictional gay television characters on the GLBTcommunity », http://www.american.edu/soc/communication/upload/Annie-Kanter.pdf

KUORIKOSKI Niina, « Anatomy of a lesbian relationship and its demise : the first lesbian relationship of the medical drama Grey’s Anatomy », in Queers in American Popular Culture (Elledge J. dir.), ABC-Clio, 2010, p. 47-68.

MITTELL Jason, « Narrative complexity in contemporary American television », The Velvet Light Trap, N°58, Fall 2006, p. 29-40.

WALTERS Suzanna D., « The kids are all right but the lesbians aren’t :queer kinship in US culture », Sexualities, vol. 15, 2012, p. 917-933.


[2] Gay and Lesbian Alliance Against Defamation.

[3] Voir Jason Mittell, « Narrative complexity in contemporary American television », The Velvet Light Trap, N°58, Fall 2006. pp. 29-40.

[4] Niina Kuorikoski, « Anatomy of a lesbian relationship and its demise : the first lesbian relationship of the medical drama Grey’s Anatomy », in Elledge J., Queers in American Popular Culture, ABC-Clio, 2010. pp. 47-68.

[5]Annie Kanter, « An analysis of the influence of fictional gay televisioncharacters on the GLBTcommunity », http://www.american.edu/soc/communication/upload/Annie-Kanter.pdf

[6] Suzanna D. Walters, « The kids are all right but the lesbiansaren’t :queerkinship in US culture », in Sexualities, vol. 15, 2012. Pp. 917-933.

[7] Mélanie Bourdaa, « The L Word, de la fin des stéréotypes sexués… », inMédiamorphoses, Hors-séries sur les Séries Télévisées (Maigret, Soulez, eds.), janvier 2007. pp. 108-110.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *